NOUVEL ALBUM // BORN NOW

Date de sortie 18 OCTOBRE 2019

HUSSAM

Passionnée, fougueuse, tourmentée. Telle est la relation que Hussam Aliwat entretient avec son Oud. C’est à l’âge de 12 ans qu’Hussam adopte son instrument, comme d’autres adolescents achètent une guitare électrique. Il y passera des heures, sans la rigueur d’un professeur ni les règles d’un conservatoire, en autodidacte, en totale liberté, avec une obsession troublante. 

C’est en 2011 qu’Hussam arrive à Paris pour développer sa carrière, hésitant entre le cinéma et la musique. A peine deux mois plus tard, lui et son oud charmaient le New Morning avant de se produire dans d’autres salles parisiennes, tel un dompteur, sachant faire chanter, rugir, pleurer son instrument. 

Rapidement, Hussam se lance dans la composition de ses premiers titres. Marqué par sa collaboration en 2016 avec le contrebassiste suédois Lars Danielsson, il affine son écriture et se met en quête d’autres instruments pour cohabiter avec le tempérament de son Oud. Il décide alors de l’entourer de deux violoncelles (Sary Khalifé et Raphaël Jouan) et d’une batterie (Nicolas Goussot). 

Ainsi nait le projet BORN NOW ; une musique émotionnelle, cinématique et dense, entre héritage oriental, nappes oniriques, esprit intensément rock et modulations jazz. Un projet présenté à guichets fermés au Sunset en avril puis en novembre 2017. 

Fin 2018, le jeune virtuose gagne la bourse de l’AFAC (Arab Fund for Arts and Culture) qui lui permet de produire et enregistrer ce premier album. En 2019, Hussam est également sélectionné pour la Bourse Jazz et Musique Classique de la fondation Lagardère. 

BORN NOW, NAISSANCE D’UN HYBRIDE 

C’est un album déroutant, sans limite, sans origine, sans frontière. Dès l’ouverture, le titre « Born Now » offre une fin brutale à la polyrythmie jazz pour imposer un rythme binaire résolument rock. Un mélange d’émotions, de transformations qui poursuivra l’auditeur à chaque coin de rue.
Car Hussam Aliwat semble avoir composé ici la musique d’un thriller haletant (They Who Dare), d’une romance tumultueuse (The March of the Lunatic), d’un road trip sauvage (Gently Wild), d’une révolution aigre-douce (Out of the Blue). C’est en composant le titre Blackbirds qu’Hussam, l’apatride, trouve son identité sonore. La légèreté de l’oiseau et l’inquiétante noirceur. Le contraste est posé, comme sur la pochette où une aube naissante côtoie des ombres encore nocturnes. Ainsi se dessine cette oscillation constante entre nostalgie et révolte, entre plénitude et suspens, entre tendresse et coup de poing.
La surprise de cet album réside profondément dans le parcours unique de Hussam Aliwat. Le choix d’instruments traditionnels (oud) et classiques (violoncelles) et d’une écriture jazz, tout en y imposant sa liberté d’autodidacte qui se passionne autant pour le heavy metal (ses distorsions et ses batteries très droites) que pour l’éclectisme de Bowie. Il transgresse les normes du oud comme d’autres génies ont brisé les codes de leurs instruments : le bandonéon de Piazzolla, la guitare de Jimi Hendrix.
Et, ultime doigt d’honneur au conformisme, c’est un piano et non un oud qui ouvre et referme cet opus. Iconoclasse. 

Concerts à venir

29 Nov 2019 HUSSAM ALIWAT // -Paris Concert de Sortie